Imaginez un instant que l'endroit où vous vivez avec votre famille devient inhabitable à la suite d'un dégât d'eau, d'un feu... Vous seriez alors dans l'obligation de vous adapter à la situation, voire de déménager.

Chaque année, plusieurs hectares d'écosystèmes riches en biodiversité subissent des perturbations majeures et disparaissent. Ce qui a pour conséquence que des dizaines d'espèces d'oiseaux, de poissons, d'amphibiens, de reptiles et de mammifères doivent s'adapter à un habitat modifié, divisé ou même détruit. Dans certains cas, la survie de leur espèce est en jeu !

Aidez-nous à protéger les habitats d'espèces en danger !

Faites un don

Calendrier 2019 remis gracieusement à tous les donateurs de 25 $ ou plus.

Une situation préoccupante

Au Québec, depuis l'an 2000, le nombre d'espèces animales menacées ou vulnérables est passé de 8 à 38. À cet instant précis, 115 autres sont susceptibles de s'ajouter à ce nombre. Comme les besoins sont grandissants, en effectuant votre don aujourd'hui, vous nous permettrez de freiner le déclin de ces espèces !

Trouver la cause, poser des gestes

Le programme Faune en danger de la Fondation offre une aide financière aux organismes pour réaliser des projets de protection et de restauration des habitats des espèces fauniques menacées et vulnérables du Québec.
Découvrez des exemples de projets soutenus dans différentes régions.

DES RÉSULTATS ENCOURAGEANTS

Au cours des années 1970, le faucon pèlerin a été désigné comme espèce menacée. Des recherches ont démontré que la diminution du succès de reproduction de cet oiseau était causée par l'utilisation massive de pesticides organochlorés (DDT) et la perte d'habitat de qualité. Grâce à la vigilance de passionnés de l'espèce, l'usage de DDT a été interdit et un vaste programme de réintroduction du faucon pèlerin a été implanté au Québec.

La Fondation, avec la générosité de donateurs comme vous, a soutenu de nombreux projets de protection de sites de nidification et d'habitats du faucon pèlerin. L'espèce se porte mieux de nos jours, son statut est passé de menacé à vulnérable, une situation encore précaire, mais encourageante pour l'avenir !

Donnez généreusement pour la faune en danger afin que nos enfants et nos petits-enfants puissent bénéficier aussi de la présence de ces espèces indicatrices de la santé des milieux naturels qui nous entourent.

Faites un don

En action pour la faune en danger

Voici des exemples de projets qui seront réalisés grâce au soutien de donateurs comme vous !

Sécuriser les sites de nidification et de ponte

Cette intervention s'avère très bénéfique pour le rétablissement de la population de plusieurs espèces menacées.

Le nid du pluvier siffleur se camoufle parfaitement sur les plages des Îles-de-la-Madeleine. L'organisme Attention FragÎles identifie les sites de nidification pour diminuer le nombre de nids écrasés par les vacanciers et les utilisateurs de VTT.

À Saint-Alexis-des-Monts, la tortue des bois pond ses oeufs sur les berges de la rivière du Loup.

L'organisme Terre Eau Fertile localise les nids et accompagne les propriétaires riverains afin que des actions soient prises pour sécuriser les sites de reproduction de cette espèce menacée.

Rétablir la connectivité de l'habitat du caribou des bois*

La population de caribous de la Gaspésie, estimée à environ 75 individus, réside dans le parc national de la Gaspésie.

Ce dernier est sillonné par un réseau relativement important de chemins forestiers malgré la fin de l'exploitation forestière dans les années 1970. Le caribou est très sensible aux dérangements occasionnés par la fragmentation d'habitat et la présence de véhicules tout terrain (VTT).

Après cinq années d'études, la Sépaq a identifié 15 tronçons d'anciens chemins forestiers à restaurer. Ainsi, 23 km de sentiers seront déconstruits, ce qui diminuera le fractionnement du territoire et la circulation de VTT dans l'habitat du caribou. De plus, ces travaux rendront le secteur moins favorable à ses principaux prédateurs qui sont l'ours noir et le coyote.

* Ce projet est soutenu par le Programme d'aide aux véhicules hors route, financé par le ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports.

Protéger les sites de maternité des chauves-souris

Plusieurs espèces de chauves-souris sont susceptibles de s'ajouter aux listes des espèces menacées.

Le Conseil régional de l'environnement du Centre-du-Québec identifie des sites de maternité de la petite chauve-souris brune et de la chauve-souris nordique. Il incite les propriétaires privés à initier une démarche de conservation volontaire et leur remet un cahier personnalisé proposant des actions concrètes à poser pour maintenir les sites connus d'élevage des jeunes.

De plus, l'organisme effectue des activités d'éducation auprès de la population et des acteurs municipaux sur les bienfaits de l'espèce pour le contrôle des insectes et les gestes à poser pour protéger leur habitat.

Protéger l'habitat de la salamandre pourpre

Le massif des monts Stoke est un site très fréquenté par la salamandre pourpre, une espèce d'amphibien vulnérable.

Son important couvert forestier garde au frais un réseau de plus de 40 ruisseaux qui se jettent dans la rivière Saint-François. Comme 100 % des terres sont de tenures privées, Nature Cantons-de-l'Est s'assure que les différentes vocations du territoire favorisent la protection du couvert forestier et d'autres éléments clés de l'habitat de la salamandre pourpre.

L'organisme effectue des évaluations écologiques, sensibilise les propriétaires aux pratiques favorisant la protection de la salamandre et entreprend différentes actions de communication pour faire connaître la présence de l'espèce auprès des entreprises forestières, des municipalités et de la population.

Faites un don